7 conseils incontournables pour les parents de jeunes adultes

Lorsque son enfant rentre à l’université, on a l’impression d’avoir fait le plus grand du travail. Bien sûr, on se rend compte que notre enfant grandit et on est triste de le voir quitter la maison. Mais on se sent en quelque sorte libéré. Parce qu’on se dit qu’il est arrivé au bout. Et nous aussi.

Mais très vite, vous verrez que ce sentiment de liberté est de courte durée. Parce qu’en bon parent que vous êtes, vous prenez conscience que pour votre jeune adulte, c’est une nouvelle vie qui commence. Avec son lot de difficultés et d’incertitudes. Vous n’allez plus surveiller chaque fait et geste de votre enfant, parce qu’il devient un adulte. Mais vous allez quand même le soutenir dans cette nouvelle phase de sa vie. Voici 7 conseils pour le parent de jeune adulte que vous êtes.

Mais tout d’abord, quelles sont les difficultés rencontrées par les jeunes adultes ?

Relation sentimentale, finances personnelles, choix de carrière… Ils sont nombreux les défis auxquels font face les enfants lorsqu’ils entrent dans la vie d’adulte. Vous n’êtes plus derrière eux pour leur dire quoi faire. Ils sont en quelque sorte laissés à eux-mêmes. Mais si vous faites bien les choses, vous pouvez constituer un énorme soutien dans cette partie importante de leur vie.

Voyez-vous, c’est dans cette phase que le jeune adulte fait les choix les plus    importants de sa vie.

                      • Comment trouver un emploi 
                      • Faut-il se lancer dans une relation sérieuse 
                      • Quand est-ce qu’il faut se marier
                      • Faut-il avoir des enfants 
                      • Faut-il quitter ses parents et aller habiter ailleurs tout seul 
                      • Comment bien gérer son argent

En tant que parent, vous pouvez toujours aider votre jeune adulte à trouver sa voie. Découvrez comment.

 

Votre petit bout d’chou a grandi : apprenez à connaître ses nouvelles aspirations

Pour vous, votre jeune adulte est et restera toujours un enfant. Ce qui est tout à fait normal. Mais gardez aussi à l’esprit qu’il a grandi. Il est donc temps de réapprendre à connaître votre enfant. Qu’est-ce qu’il aime ? Qu’est-ce qu’il veut ? Veut-il aider les autres, protéger la planète, impacter la vie des autres, créer beaucoup d’emploi… ?

Attention ! Ne tombez pas dans le piège d’imposer votre propre volonté à votre enfant. Même s’il vous demande de l’aider à tracer son chemin et à trouver sa voie, basez-vous TOUJOURS sur ses propres rêves.

Engagez la conversation afin de connaître ses valeurs, ses passions et ses aspirations. Et c’est en fonction de cela que vous le guiderez dans la prise de ses décisions.

Aidez votre jeune adulte à reconnaître qu’il a des talents

Lorsqu’il est question du choix d’orientation par exemple, aidez votre jeune adulte à déterminer ses talents et ses centres d’intérêts. Même s’il se trouve moins talentueux dans un domaine qui lui plaît, montrez-lui qu’avec de l’apprentissage, on peut arriver à ses fins. Même les meilleurs instrumentistes de ce monde continuent d’apprendre à se perfectionner.

Parlez-lui de votre propre expérience. Dites-lui ce qui a le plus joué dans votre choix de carrière et les conséquences (bons et mauvais) qui en ont résulté.

Et s’il ne sait pas exactement quoi faire de sa vie, demandez avec son accord, l’aide d’un coach d’orientation.

Montrez que vous êtes fier de lui

Vous savez à quel point cela fait du bien de sentir que ses efforts sont reconnus et appréciés. Ne vous retenez donc pas de féliciter votre jeune adulte pour son travail, son courage et sa ténacité. Au lieu de lui dire à chaque fois qu’il s’y prend mal, soyez fier de ce qu’il a déjà accompli. C’est le meilleur moyen de l’encourager à faire mieux.

 

Parents et jeunes adultes : l’argent ne doit pas être un sujet tabou

Beaucoup de parents se demandent s’ils doivent aider leurs enfants financièrement ou les laisser se débrouiller afin qu’ils puissent véritablement progresser. Nous y viendrons. Mais le plus important, c’est d’aider votre enfant à avoir une bonne gestion de ses finances personnelles. Faites-lui part de vos propres erreurs et aidez-le à faire la différence entre un actif et un passif. S’il dépense trop aujourd’hui, cela aura des conséquences négatives sur sa vie demain.

Habituellement, les situations ne sont pas les mêmes. Certains jeunes adultes peinent à trouver du boulot et à subvenir à leurs besoins. C’est donc à vous d’analyser la situation, d’identifier le niveau de maturité de votre enfant et décider s’il faut lui apporter votre contribution financière ou pas.

Attention ! Si vous décidez de lui apporter une aide financière, instaurez dès le départ vos exigences quant à l’utilisation de l’argent, si vous en avez. Dites également si vous souhaitez être remboursé.

Traitez-le comme un adulte : laissez-le prendre ses propres décisions

N’oubliez pas. Ici, vous êtes un guide, un accompagnateur. Vous ne prenez pas les décisions à la place de votre jeune adulte. Montrez-lui plutôt que vous avez pleine confiance en ses capacités à prendre des décisions.

Cela ne veut pas dire qu’il ne fera jamais de mauvais choix. Mais on apprend de ses erreurs. Et c’est en surmontant les obstacles qu’on grandit. Soyez donc un soutien indéfectible. Ayez les bons mots pour encourager. Et montrez que l’erreur n’est pas fatale.

L’ultime leçon à donner à son jeune adulte : toujours rester en accord soi-même

« Réussir, c’est être en accord avec soi-même, faire les choses avec passion et pas avec raison. », Hélène Darroze.

Ne vous égarez pas en apportant de l’aide à votre jeune adulte. Des fois, on fait tellement attention à ce que les autres penseront de nous que tous nos choix se basent sur ce fait.

Gardez à l’esprit que la réussite de votre enfant se fera selon ses propres valeurs et non les vôtres. Qu’importe ce qu’en pensent vos voisins et votre communauté. Il n’y a rien de plus important que l’authenticité. Ne l’oubliez pas.

« Être bon, c’est être en harmonie avec soi-même. La discorde, c’est être forcé à être en harmonie avec les autres. », Oscar Wilde.