Et si, nous avions le pouvoir d’arrêter le temps afin d’éviter d’être emporté par le flow de la vie, en favorisant des moments de qualités avec nos enfants sans se sentir frustrer par les impératifs du quotidien.

Arrêter le temps est une illusion ; se le réapproprier est nécessaire. Au moment où le marathon de la vie et la procrastination sont en dualités, les moments de qualités tant espérés deviennent imperceptibles.

Combien de fois nous nous sommes dit :

« Oh, ce n’est pas possible je suis en retard ! »

« Je n’ai jamais le temps de rien faire ! »

« Il faut vite manger, parce que … »

Le nombre de chose à faire dépasse de loin le temps dont nous disposons pour les accomplir.

Pourtant le désir de bien faire est là. Nous avons tous les mêmes vingt-quatre heures à notre disposition, mais la manière dont nous les mettons à profit pourrait-il améliorer notre qualité de vie ?

Ralentir serait la solution, mais en continuant d’appuyer sur l’accélérateur, cela risque d’être difficile

Quel sont les conséquences d’un usage inconscient de son temps ?

Petit à petit, des regrets vont apparaître. L’enchaînement des choix de tous les jours ont une grande influence sur notre état d’esprit. Le temps est pour le présent, le passé reste toujours derrière.

Est-ce nécessaire de se culpabiliser, de se juger ou de s’auto saboter ? Ceci ne résout pas le problème, loin de là. En revanche, apporter de la clairvoyance sur ce qui est à améliorer dans la gestion du temps donne un rayon d’espoir.

Avant tout, fixer un temps de pause pour soi-même est prioritaire.

 

Un temps d’introspection pour quelques questions :

  • Qu’est-ce que qui est important pour moi ?
  • Est-ce que ma vie actuelle est satisfaisante ?
  • Quelles émotions sont présente, en ce moment ?

 

Quelques indices pour permettre d’entrevoir la nécessité de ralentir

Ralentir avec le pied sur l’accélérateur, cela ne fonctionne pas ! Ralentir c’est parfois le lever le pied, le temps d’ajuster, le temps de reprendre le pouvoir sur sa vie avec des choix réfléchis. Si ce n’est pas nous qui décidons de changer, personne ne pourra le faire à notre place. Le fait de se réapproprier ce pouvoir de décision sur notre temps nous permet d’acquérir une part de liberté. Voici deux points pour mettre en valeur notre temps.

Classer nos priorités

Décider des priorités : Observons nos emplois du temps, analysons. Faisons le tri entre ce qui est urgent et important.  Laissons un peu de la place pour une pointe de flexibilité et d’imprévue.

En imaginant que les cailloux représentent nos priorités, nous pouvons remarquer que ceux-ci rentrent tous dans le bocal, si nous les mettons en premier

Développer une présence de qualité

En mettant nos mails de côté, nos téléphones, nos listes à faire, l’espace d’un instant, nous donnons une chance à ces moments de qualités. Notre entourage retiendra ces instants précieux de connexion.

En imaginant que ces moments soient représentés par le sable. On peut observer que le sable s’installe facilement entre les cailloux.

Le bénéfice de commencer à mettre ces choses en place

Lorsque nous recherchons à faire d’abord ce qui est important pour nous, il nous est permis d’avoir assez de temps pour d’autres choses qui le sont moins. Nous découvrons des changements, nous gagnons en qualité de vie, en nous amassant de souvenirs irremplaçables. La satisfaction de devenir acteur du temps, en ne subissant plus, commencera à nourrir un sentiment de bien-être. Dès lors, nos enfants se sentiront plus aimés en vivant ce temps d’affinité. Nous serons plus perceptibles aux petites voix qui peuvent nous venir en aide, pour plus de cohésion.

Nous sommes les artisans de notre bonheur.